By

Triathlon de Rouyn-Noranda 2015 (sprint) – race report

Je sais. Je suis très en retard pour nos résumés de courses. Voici la première – je continuerai la semaine prochaine avec Rougemont, la semaine suivante avec le marathon de Montréal et celle d’après avec la course d’Oka, ce qui devrait me remettre à jour. Comme d’habitude, moi en noir, Diana en rouge.

—-

Ah, Loin-Noranda. Comme tu es loin. Comme je me méfiais de ton triathlon, où j’avais du abandonner en 2014 après multiples crevaisons dans la portion vélo – des crevaisons dues à mon inexpérience en vélo (mes pneus n’étaient pas assez gonflés). Mais aussi loin que tu sois, ton triathlon présente tous les meilleurs aspects de notre sport: amical, bonne petite organisation (malgré le mélange de dossards de Diana) et amusant. Et je suis pas mal certain que tant et aussi longtemps que tu organiseras un triathlon, nous y serons, dans le mesure du possible.

Contrairement à 2014, il ne pleuvait pas. Il ne faisait pas froid. En fait, à bien y penser, c’est le premier triathlon que je fais où la météo n’est pas incertaine: il fera beau et chaud. Hurray!

Superbe (et chaude) journée contrairement à l’année dernière, avec beaucoup d’énergie et d’ambiance (on était chanceux d’avoir le support des membres de la famille).

Le périple du samedi vers Rouyn se veut aussi une visite annuelle chez mon frère. Cette année, nous avions donc comme passager ma maman, qui en profitait pour venir voir Antoine, Gabrielle, Philomène et Marion. Un copieux repas de côtes levées, poulet et pâtes nous attendait à notre arrivée que nous avons dévoré en bonne compagnie.

Après une bonne nuit de sommeil, la routine du matin de course commence à 6h. Gruau, préparation du sac de transition, vérification du vélo. Tout est prêt, mais je sens le 6-7h d’automobile de la journée précédente dans mes jambes (ie, c’est un peu raide). Je me dis que ça devrait passer d’ici le début de la course.

La beauté du triathlon, c’est qu’après plusieurs courses, les gens commencent à se connaître. Aussi loin et distant soit ledit triathlon. J’arrive parmis les premiers sur le site et j’en profite donc pour m’installer près de la sortie de vélo dans la zone de transition.

Le gars à côté me dit quelque chose… On commence à jaser, et je me rends compte qu’il était le vélo à côté de moi à Tremblant! Et il était pas loin non plus à Joliette. 7h de route, pour me retrouver à côté du même gars qu’il y a deux semaines… qui reste à St-Eustache (mais qui est natif de Rouyn et a encore de la famille à Rouyn). Le monde est petit! Je revois le gars qui a fait le triathlon l’an dernier en vélo de montagne (il s’est mis au vélo de route depuis). Une dame qui est ambassadeur pour Altra et qui remarque mes 3-sum, évidemment. Vraiment cool l’ambiance d’avant course.

À l’arrivée sur le site, je demande mon dossard et la dame me dit calmement que je fais partie de 6 erreurs: ils ont donné mon dossard à une autre coureuse. Ils appellent ces gens, mais personne ne vient, ils sont probablement retournés à la maison avant le début de la course. Mon numéro (448) n’est pas revenu à temps donc on m’a attribué un nouveau numéro (458). Ceci me stresse effectivement, car la seule documentation de ce switch s’est faite sur une feuille mobile libre – si le papier se perd, qui sait quel nom sera relié à 448 (et si 458 existera pour vrai). Mais j’oublie ça et me concentre sur la course.

Après la réunion d’avant course, on passe aux choses sérieuses: enfile le wetsuit et première anicroche: mon jus de betteraves de superstition ne rentre pas. Ma jambe droite est toujours raide, d’ailleurs.

002

Beach time!

005

Game face is on. See? I learned. Goggles strap is inside swim cap. Bunch of n00bs around.

J’adopte une nouvelle stratégie pour ce triathlon. Comme je suis lent en natation, j’ai tendance à me positioner en arrière de tout le monde au départ. Je dois donc trottiner tranquillement dans le sable vers l’eau en arrière du paquet de monde, et je me suis dit que ça doit bien rajouter du temps à mon temps de nage déjà lent. Donc je décide de me foutre en avant de tout le monde. Ils vont me dépasser, me foncer dedans, etc. Well too bad for them, au moins je perdrai pas de temps en me mettant dernier dès le départ.

007

TOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Comme prévu, je me fais foncer dedans. Un gars me dévisage (kossé tu fais là la tortue???) mais je tiens bon et je continue ma nage, à mon rhythme. Les femmes rapides me rattrapent (et j’en cale une par accident – elle me dévisage aussi).

Nage – 750m: 18:23. 2:28/100m. 17/25 chez les hommes. Pas génial, mais une amélioration de 45s comparativement en l’an dernier. Au moins ça s’améliore!

Première transition relativement lente… 1:13. Je peine à enlever mon wetsuit et je m’accroche dans les sacs des autres compétiteurs. Rien de fatidique, mais ça n’aide pas mon temps.

013

Dazed and confused.

Bon départ de vélo, mais j’ai de la misère avec mon ordinateur de vélo – je l’arrête par mégarde et je perds de l’info… je ne sais donc pas exactement ma vitesse et mon temps. Oh well. J’écrase les pédales avec aisance, bien que je réalise que le parcours est plus valloneux que je pensais. Je rattrape la plupart des nageurs mais je ne sais pas si mon temps est bon ou excellent, et à quelle position je suis.

Vélo – 20km: 34:00. 35.3km/h. 2/25 chez les hommes. Excellent (seul le vainqueur a un meilleur temps de vélo).

Transition 2: 0:41. Un peu lent, mais je dois ajouter que l’entrée dans la zone de transition n’était pas claire (ou du moins, elle n’était pas comme l’an dernier). Je dois travailler sur mes transitions… Faudrait je me construise un rack a vélo et que je zigonne dans la rue…

025

Quel bel arrière-plan.

Je me rends rapidement compte de deux choses dans la course: ma jambe est toujours raide et je ne pourrai pas maintenir 4:00/km comme à Joliette, et il y a beaucoup plus de côtes que je pensais. Je dépasse encore quelques autres hommes et 1km avant le turnaround, je croise (en sens inverse) l’éventuel gagnant. Je compte 5-6 personnes devant moi, j’en dépasse 1 ou deux autres… j’ai aucune idée en quelle position je suis puisqu’il y a aussi les gens du 5km, 10km, 15km et triathlon en équipe sur le parcours, mais je sais que je cours relativement bien en comparaison aux autres et que je ne devrais pas me faire dépasser.

Course – 5km: 22:44. 4:33/km. 4/25. Pas mal. Ce n’est vraiment pas ma course la plus rapide, je me dis j’aurais pu faire mieux, mais je suis quand même satisfait du résultat.

Overall: 1:17:00. 6/25 hommes. J’aurais peut-être pu aller chercher la 5e position, mais pas plus, alors je suis bien content de ce résultat. Moins rapide qu’à Joliette (quoi que aidé par le courant à Joliette) – 7h de route n’aide pas les jambes!

Le feeling était différent de l’année dernière. L’an dernier, je n’avais pas d’attentes, j’étais principalement présente pour accompagner Guillaume à son premier triathlon. Finissant première à cette course, je m’étais mis plus de pression cette année. Je suis peut-être partie trop vite pour moi. La chaleur et l’humidité (et les collines raides)  n’ont pas aidé à me faire sentir merveilleuse le restant de la course. Je suis aussi sensible au manque d’eau ce qui est aussi arrivé. À un point, je me suis demandée si j’étais correcte pour continuer à courir. En approchant le premier volte-face, je vois une fille du 10km revenir et j’ai su qu’elle était à des années lumières de moi. Et par la suite,  MON numéro (448) me dépasse. Pendant un bout, je doute même que je puisse garder la 3e place, et alors 448 se met à marcher et je la dépasse. Je sais qu’elle se repose et qu’elle regagnera de l’énergie. La course était composée de 2 boucles de 5km et et le dernier quart fut assez rough. Je sais, par contre, que si j’arrête pour marcher ne serait-ce que quelques secondes, la probabilité est élevée que je ne reparte plus. Je finis en 2e place – et 448 finit 16secondes derrière moi (elle a bien eu son regain d’énergie!). Et j’avais raison de me méfier de la feuille mobile volante notant e switch de dossards: la directrice me demande quel est le nom de #3, car elle a 2  »Diana Pappas » d’indiquées sur sa feuille. Mais le mélange est réparé par la suite.

031

Happy couple!

030

Signing autographs for the crazy fans.

Je finis avec un temps de 55:02 qui est plus lent de plus de 5min sur mon record personnel sur 10km. C’est un classement de 2/15Femmes; 12/29Overall. Mon temps de Rouyn 2014 était aussi meilleur (de plus de 3min), par contre, le trajectoire avait changé un peu et fut un peu plus long cette année. Je crois que mes temps se ressemblent en réalité. J’aurais pu rien faire pour avoir la 1e place cette année (la #1 de cette année avait un temps de 45:05). Je ne suis pas encore à cette vitesse, mais ça viendra! Je suis très fière, surtout considérant le parcours difficile et qui m’a brûlée plus que tout autre 10km vécu auparavent. Et j’étais super contente que Guillaume ait eu un résultat  à sa juste valeur pour son triathlon.

rouyn2015cropped

Cette année, il y a eu des médailles pour tous les participants (et pas juste pour les finissants). Alors, il n’y avait pas de médailles pour les 1-2-3 places. Par contre, j’ai reçu une casquette  »gagnant » qui m’est si précieuse.

20150706_102958066_iOS

Petite récompense que je me fais le jour suivant: passer une journée splendide avec mes filles au Village du Père Noël. Quelle belle longue fin de semaine!

!20150706_171001163_iOS 20150706_151159413_iOS

Next up: Demi-Marathon des Vergers de Rougemont!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :