By

Jour 23 – Crash 2.0

IMMT70.3 2016. Le test. Je crash, je fais la diète kéto. Je ne crash pas, je mets le blâme sur la forme physique qui n’était tout simplement pas adéquate dans les courses précédentes.

Nage: très bien. En fait, ma meilleure jusqu’à cette date. Vélo: bien. J’ai ralenti un peu sur le vélo pour ménager les jambes et avoir plus de jus à la course. Temps respectable mais un peu plus lent que l’année précédente.

Course: A1. Très raisonnable compte tenu de la température très chaude (30+). Je termine donc la course, arrive à la tente de bouffe, jase avec des amis et je prends une bonne assiette de bouffe. Je rejoins Diana, les enfants, tout va bien. Comme j’avais fait une petite chute en vélo, je vais voir un membre du personnel médical pour me faire désinfecter et mettre un pansement.

Boom. Crash #2. Tout d’un coup, ça ne tournait pas rond. Pas autant que l’année précédente, mais c’était quand même similaire. Je décide de me diriger vers la tente médicale et on me donne un jus d’orange, en pensant que je manque de sucre. Puis on prend ma glycémie, et on m’enlève le jus d’orange – je suis en hyperglycémie, ou presque. Mais où est le problème…?

En 2015, j’avais bu du bouillon de poulet dans la tente médicale. J’en redemande.

En 15 minutes, remis debout, plus de symptôme, pète le feu. Je commence à me douter de ce qui ne va pas.

Ceux qui ont déjà couru avec moi, ou bien m’ont vu après les courses, savent que je suis un « heavy sweater ». Je suis habituellement très « crusty » – je perds BEAUCOUP de sel. Je décide donc de mettre le kéto de côté et de tester quelque chose d’autre à Magog.

À Tremblant, j’avais mis une poignée de pilules de sel dans ma pochette de nutrition. J’en ai pris, mais elles ont fini par se ramasser dans le fond de la pochette, et à la fin du vélo ça ne me tentait pas de gosser pour pogner les pilules. À Magog, je me suis acheté 2 « dispenser » que j’ai mis sur mes barres aéro, et un timer sur le Garmin. Aux 15minutes, une pilule. Direct du dispenser.

saltstick110.jpg

Résultat? Bonne nage, bon vélo, et ma meilleure course dans un 70.3. Pas de crash. Très crusty encore une fois, mais j’ai pu savourer ma bière et ma pizza sans problème. Et je répète quelque chose de similaire au Marathon de Montréal.

TLDR: Assurez-vous de prendre assez de sodium pendant les longues courses. Gatorade, Saltstick, Infinit, etc. Faites le total, et assurez-vous que ça soit suffisant. Après le Marathon des Érables, il y avait un gars dans la tente de bouffe, assez amoché. Il me ressemblait après Tremblant. Je suis certain qu’une tasse de bouillon de poulet l’aurait remis sur le piton.


Oooooh gawd… là où j’ai aucun problème à aller courir ou aller nager en me levant le matin, le vélo sur le trainer à 5:45 c’est vraiment, mais vraiment pas mon fort. Survécu, j’imagine…

Poulet parmesan (kid friendly!) et en bonus, des biscottis maison. Miam miam miam. (recette de Martha Stewart).

BiscottiProcess.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :